********DEAUVILLE 2004*********
~~LES 30 ANS DU FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE~~
-Du 3 au 12 septembre-

Ci-dessous:
-Mon édito
-Sommaire(en bas de page)
Retrouvez désormais toute l'actualité cinématographique et festivalière sur mes blogs:
http://www.inthemoodforcinema.com/ et
http://inthemoodforcannes.hautetfort.com
-----------------------------------------------------------
POUR TOUT SAVOIR SUR LE FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2007 et 2008, RENDEZ-VOUS SUR MON NOUVEAU BLOG:
http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com

NOUVEAU!!Pour tout savoir sur le 33ème festival du cinéma américain de Deauville 2007 et sur le 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2008, rendez-vous sur mon nouveau blog:
http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com
----------------------------------

IMPORTANT: MON SITE CONSACRE AU FESTIVAL DU FILM AMERICAIN DE DEAUVILLE 2005:
http://monsite.wanadoo.fr/deauville2005
et mes blogs consacrés à l'actualité festivalière de Cannes à Deauville mais aussi aux César etc avec des compte-rendus personnels et détaillés:
http://monfestivalducinema.hautetfort.com
et http://inthemoodforcinema.blogspirit.com
__________________________________
~~EDITO~~
(modifié le 20.02.2005)

Chers cinéphiles, festivaliers impénitents ou à temps partiel, festivaliers en devenir ou simples égarés du net, ce "site" a été créé de façon très artisanale
par une cinéphile qui a assisté au festival pour la 11ème année consécutive et qui y fut même membre d'un jury de cinéphiles en 2000.
Il n'a aucune prétention didactique ou exhaustive, juste celle de vous faire partager ma passion immodérée pour ce festival...qui a exacerbé et rendu absolument incurable ma passion déjà démesurée pour le septième art.
Si vous voulez tout connaître de l'actualité cinématographique et festivalière, rendez-vous plutôt sur mon blog:

http://monfestivalducinema.hautetfort.com

qui comptabilise plus de 6000 visites mensuelles...
**********************************

Festival de Deauville, 30ème du nom. Mon "6ème sens" cinéphilique en ébullition et aux aguets, je m'attendais à une année paroxysmique, inoubliable, singulière, festive, surprenante, entrant dans la "Légende des siècles". A tort? Ce festival nous a-t-il offert ces "moments de vérité" qu'affectionne tant Claude Lelouch? La "grâce" n'était-elle présente que dans le film de Joshua Marston? Ai-je été conquise par ces histoires de destins entrecroisés, entrelacés ("Heights", "We don't live here anymore"), d'amour éternel et indéfectible ("Birth", "The Notebook"), de mémoire et d'oubli ("The final cut", "Eternal sunshine of the spotless mind") etc? A vous de juger à travers ce voyage cinéphilique auquel je vous convie... Si cette édition 2004 fut moins fastueuse que ce à quoi beaucoup s'étaient peut-être attendus pour les 30 ans du festival, elle n'en réserva pas moins quelques découvertes cinématographiques et une sélection toujours aussi variée entre les blockbusters en avant-première, les films indépendants en compétition (depuis 10 ans maintenant) sans oublier les documentaires, les courts-métrages,les hommages, la section Panorama, le prix Michel d'Ornano etc. Presque 100 films... Indéniablement de quoi satisfaire les cinéphiles les plus exigeants et les plus insatiables!

Ce récit de mes pérégrinations cinématographiques au sein du festival de Deauville est guidé par des bribes de souvenirs, des réminiscences d'images, d'émotions, des points de vue parfois pas «cinématographiquement correctes »( eh oui :j’ose défendre Lelouch, ne pas être dithyrambique sur le film de Gondry, ou adorer "The Notebook"…ou même trouver « La mort dans la peau" soporifique) en essayant bien entendu aussi d'éviter l'écueil de l’obstruction systématique.
Alors forcément dans l’univers plutôt hermétique du septième art, quand vous n’aimez pas certains cinéastes sacralisés c’est que vous n’avez rien compris, que vous ne connaissez pas les codes de ce cénacle … à moins que vous n’ayez compris qu’il n’y a rien à comprendre et que certains, de leur supériorité auto proclamée que leur confère l’appartenance à la critique dudit cénacle n’aient pas compris que vous avez compris:-) mais que vous n’avez pas aimé, tout simplement, (A trop disséquer on en oublie les émotions, je me suis donc laissée guider par celles-ci) parce-qu’il y a ceux qu’ il faut "admirer, voire vénérer" et ceux qu’il faut "mépriser, ne même pas daigner évoquer", parce-que quand on se hasarde à évoquer Lelouch, on vous toise du regard et on vous gratifie d'une moue de dégoût, de mépris même vous signifiant que décidément vous n’y comprendrez jamais rien, quand on murmure Gondry on suscite un regard lumineux, et définitif, vous signifiant que tout a été dit.

La nuance peut-elle exister ? Je vais m’y hasarder. Ou du moins essayer de ne pas suivre en mouton de panurge, de ne pas singer aveuglément ces codes que je connais pourtant. Probablement ferai-je aussi preuve de didactisme ou paraîtrai-je moi aussi catégorique mais je n’ai pas la prétention d’ériger mon avis en vérité. Juste un regard. Parfois ébahi, éberlué même. Parfois contrarié.Parfois écarquillé. Parfois même léthargique. Parfois brouillé. Mais néanmoins toujours avec une petite lueur de vie, de curiosité, d'étonnement.

Un festival c’est aussi une sorte de « comédie (in)humaine », le spectacle de la réalité se confondant avec celui de l’écran, chacun interprétant un rôle, surjouant même parfois. Un concentré de cinéma. Un concentré de vie. Tout est exacerbé, excessif, parfois irréel, presque surréaliste. Je vous invite donc à plonger dans ce concentré de vie et de cinéma, à suivre mon périple subjectif et qui se revendique comme tel, au cours duquel j’ai cependant essayé de me départir de tout préjugé, de toutes influences, de ne pas dénigrer gratuitement (trop consciente du travail colossal que peut représenter la création d’un long métrage ou même d'un court-métrage et sachant à quel point une ligne assassine est facile et peut être blessante).

J’ambitionne donc juste de vous faire voyager en flash-backs sur ce festival, avec « la grande illusion » de susciter votre curiosité pour certains films. Juste un point de vue parmi tant d’autres, une vision libre. Libre…et après tout c’est bien ce qu’est censé notamment nous apprendre l’art : à être libres, ou en l’occurrence à nous souvenir… ou à oublier.
Mémoire et oubli furent en effet les thèmes récurrents des longs-métrages de ce festival, comme si au moment de se souvenir du 11 septembre, 3 ans après, l’Amérique hésitait entre la nécessité non pas d’oublier mais du moins de poursuivre son Histoire sans être entravée par ce drame et celle de se souvenir : à tout prix.

**********************************

NOUVEAU:
LE FORUM PUBLIC
CONJOINT A MES DIFFERENTS SITES avec une large place consacrée au festival de Deauville
(ouvert le 04.11.2004):
http://81126.AceBoard.fr


**********************************

Pour tout RENSEIGNEMENT sur le festival
ou pour me faire part de vos remarques, commentaires, suggestions,
n'hésitez pas à me contacter à:

festival.cinema@laposte.net

**********************************

LE LIVRE D'OR DU SITE:
(pour immortaliser votre passage sur ce site et pour m'aider à l'améliorer)
http://www.i-services.net/membres/livredor/livredor.php?user=51768
__________________________________
NOUVEAU!!
Retrouvez l'actualité culturelle(cinématographique, littéraire, théâtrale) sur mon BLOG:

http://monfestivalducinema.hautetfort.com/
Vous y trouverez:
-Un compte-rendu du FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE DE DEAUVILLE 2005
-Un COMPTE-RENDU DU FESTIVAL DU FILM COURT DE LILLE 2005
-Un compte-rendu du FESTIVAL DE PARIS 2005
-Un compte-rendu du FESTIVAL DE CANNES 2005
-Un COMPTE-RENDU DU FESTIVAL DU FILM AMERICAIN DE DEAUVILLE 2005
etc
... et d'ores et déjà de nombreuses informations sur ces différents festivals.

LELOUCH/OUVERTURE
JURY ET PALMARES
AVANT-PREMIERES
HOMMAGES/EVENEMENTS
COMPETITION
REMINISCENCES
BEST OF 2004
LIENS/CONTACTS
Ecrivez-nous :
festival.cinema@laposte.net

Sandra Mézière ® ©2004
festival.cinema@laposte.net